UKBA: Montré du doigt

La UKBA a été critiqué pour avoir omis de fournir des rapports précis en rapport avec l'arriéré des demandes d'asile en suspens en date remonte aussi loin que 2006.

John Vine, l'inspecteur en chef indépendant des frontières et de l'immigration, dans son rapport blâmé l'UKBA pour permettre à un énorme arriéré de demandes d'asile à construire et à induire en erreur le Parlement sur la façon dont il a traité cet arriéré.

En 2006 le ministre de l'Intérieur a ordonné la UKBA à traiter 450,000 des demandes d'asile non résolus dans les cinq ans. À l'été 2011 informé le Parlement de l'agence que l'héritage de demandes d'asile en suspens a été résolu; Mais cette déclaration était tout à fait inexact comme à cette époque il y avait encore 147,000 cas non résolus.

M. Vigne dans son rapport souligne d'autres insuffisances de la part de l'UKBA et a ajouté que l'agence avait également omis de faire systématiquement ou régulièrement des contrôles de sécurité pour tenter de retracer certains des cas non résolus. Il semble que les contrôles de sécurité n'ont pas été menées correctement et applications ont été placés dans l'archive de cas non résolus après un minimum de travail. Cette pratique est tout à fait contraire à ce que l'UKBA a déclaré Home Affairs Select Comité; l'agence a donné l'assurance que 124,000 cas ont été archivés seulement après "des contrôles exhaustifs’ pour tracer le requérant avait été faite.

D'après le rapport de l'inspecteur en chef, il est clair que l'UKBA est incapable de remplir les fonctions de base; les échecs répétés sont coûteuses, tant pour les demandeurs d'asile qui sont laissés dans l'incertitude et le pays que les pensionnaires de la nation restent incontrôlés.

Un porte-parole de l'Agence des services frontaliers a déclaré que les échecs sont dus au fait que l'agence est sous les ressources nécessaires pour faire face à la charge croissante de demandes d'asile et d'immigration; cependant également reconnu qu'il s'agit d'un “organisation difficulté avec un mauvais dossier de livraison”.

Les commentaires sont fermés.